⟵ Retour

Communiqué de Presse

Les organismes locaux d’entraide et de solidarité (OLES) constituent un maillon essentiel de la chaîne de solidarité déployée à destination de nos compatriotes de l’étranger les plus vulnérables. Ils le sont déjà en temps normal. Ils le sont d’autant plus en cette période de crise sanitaire qui frappe tous les pays du monde et n’a pas épargnée les Français établis hors de France.

Colis alimentaires, aides financières ponctuelles, acheminement de médicaments, accompagnement administratif et social, l’étendue de leur champ d’intervention en fait un partenaire privilégié et naturel de notre réseau consulaire. Cet outil est une spécificité française, aucun autre pays au monde n’ayant développé de dispositif similaire pour accompagner ses ressortissants en dehors de ces frontières. Il doit faire notre fierté.

Ces associations sont à ce jour implantées dans 119 pays ! Elles sont pourtant très largement méconnues du grand public. En plus de ce manque de visibilité, elles peuvent souffrir ponctuellement de difficultés financières et peiner à trouver des bénévoles volontaires pour assurer leurs missions. Elles pâtissent enfin d’un manque de structuration. En effet, s'ils sont réunis sous la même appellation et financés par la même ligne budgétaire du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, chaque OLES fonctionne de manière isolée, autonome et indépendante.

Voilà pourquoi je tiens à saluer la création de la Fédération international des bienfaisances (La FIBRE) qui a vocation à fédérer l’ensemble des OLES volontaires afin de coordonner leurs actions, leur prescrire des bonnes pratiques et leur offrir des moyens logistiques et des fonctions supports, notamment en matière de communication, dont les antennes locales sont aujourd’hui dépourvues, faute de moyens suffisants.

Cette fédération, qui constitue une nouvelle étape décisive pour la reconnaissance et la montée en puissance des OLES, est parrainée par deux grands noms de l’action publique : Monsieur Jean-Marc Borello, président du directoire du groupe SOS et Monsieur Jacques Attali, écrivain et économiste. Elle dispose par ailleurs d’ores et déjà du soutien de la secrétaire générale du Secours Populaire Français, Madame Henriette Steinberg.

En ma qualité de députée représentant les Français établis hors de France, je me réjouis de l’émergence de ce nouvel outil de coordination qui permettra d’aider encore plus massivement et rapidement nos compatriotes de l’étranger qui en ont le plus besoin.

En complément du travail d’ampleur mené par notre administration consulaire et diplomatique, la FIBRE sera indispensable demain pour absorber les nombreuses répliques sociales, économiques et sanitaires que le séisme lié à la crise du COVID-19 ne manquera pas d'entraîner dans les semaines et mois à venir.


FRANÇAIS RÉSIDENTS À L’ÉTRANGER : CE QUE « LA FIBRE » VA CHANGER :
Dans l’imaginaire collectif, les français résidant à l’étranger mènent une existence dorée et paisible, loin des turpitudes de la vie quotidienne du citoyen lambda. Pourtant, loin de ce cliché largement répandu, les e...
OLES : POURQUOI IL EST INDISPENSABLE D’ADHERER A LA FIBRE
Derrière l’acronyme de la « FIBRE », se cache la Fédération Internationale des Bienfaisances et Entraides des Français Résidents à l’Etranger. Créée en mars 2020 par Amélia LAKRAFI, députée des français en Afrique et ...
Historique
Les organismes locaux d’entraide et de solidarité (OLES) incarnent et illustrent à l’étranger les valeurs fortes que portent la France et les Français en matière d’accompagnement des plus vulnérables et des plus préca...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK